De l’engagement aux actes :
Vers la Conférence d’examen de 2015

La France poursuivra ses efforts en faveur du renforcement du régime de non-prolifération tout au long du nouveau cycle

Après le succès de la Conférence d’examen du TNP de 2010, qui a permis pour la première fois l’adoption au consensus d’un plan d’action concret et équilibré sur les trois piliers du traité (désarmement, non-prolifération, et usages pacifiques de l’énergie nucléaire), ainsi que sur le Moyen-Orient, le nouveau cycle d’examen s’est ouvert en mai 2012 à Vienne avec la première session du Comité préparatoire.

Le plan d’action de 2010 constitue une feuille de route ambitieuse pour ce nouveau cycle, apte à relancer la dynamique de ce Traité essentiel qu’est le TNP. En l’adoptant, la communauté internationale a témoigné de son attachement profond au Traité et de sa volonté de le consolider : c’est un signal particulièrement important à l’heure où le régime international de non-prolifération est mis à l’épreuve par de graves crises de prolifération en Iran, en Corée du Nord et en Syrie. Désormais, les États parties au TNP ont la responsabilité de mettre en œuvre ce plan d’action sur les trois piliers du traité. Il leur faut répondre fermement aux crises de prolifération et soutenir l’action du Conseil de sécurité et de l’AIEA ; poursuivre les efforts concrets de désarmement, aussi bien dans le nucléaire que dans tous les domaines du désarmement ; et coopérer pour le développement responsable de l’énergie nucléaire civile.

La France est prête à assumer pleinement sa part de responsabilité. Elle est d’ores et déjà engagée à cet égard. Les 30 juin et 1er juillet 2011, elle a notamment convié à Paris ses partenaires du P5 pour participer à une première réunion de suivi de la Conférence d’examen. Deux autres rencontres de ce type ont par la suite été organisées par les États-Unis à Washington en juin 2012 et par la Russie à Genève en avril 2013. Ce cycle régulier de réunions permet de renforcer la coordination du P5 sur les questions nucléaires et d’engager un dialogue approfondi sur la mise en œuvre des engagements des États dotés en matière de désarmement nucléaire et de transparence, ainsi que sur des sujets prioritaires liés à la lutte contre la prolifération, comme les conséquences d’un retrait du TNP ou le renforcement des garanties de l’AIEA.

La France poursuivra ses efforts en faveur du renforcement du régime de non-prolifération tout au long du nouveau cycle.

>> Fil RSS de l'actualité Facebook   >> Voir les archives

  • Pour aller plus loin
  • Galerie Images
  • L’action de la France en chiffres
FAQ || Contact || Partager Facebook Twitter || Rechercher || Plan du site || Mentions légales